19mars à Toulouse

CIMG0751.jpg

le 19 mars 2012

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE  ET DES ANCIENS COMBATTANTS
DÉLÉGATION À L’INFORMATION ET À LA COMMUNICATION de la Défense
COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le vendredi 16 mars 2012 : L'État ne commémorera pas la date anniversaire du Cessez-le-feu de la guerre d'Algérie.A l'occasion du 50e anniversaire du Cessez-le-feu de la guerre d'Algérie, qui aura lieu le lundi 19 mars, Marc Laffineur, secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants précise que l'État n'organisera aucune commémoration nationale.Si le 19 mars évoque la joie du retour des militaires français dans leurs familles, il marque également l'amorce d'un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d'une tragédie pour les Harkis, massacrés dans les semaines qui suivirent, au mépris des accords d'Evian.Loin de réconcilier les mémoires, le 19 mars est une date qui les divise et ravive les plaies profondes d'une page douloureuse de l'histoire récente de la France.Par respect pour ces victimes et leurs familles encore en vie aujourd'hui, la Nation ne peut et ne doit se rassembler en ce jour anniversaire.La date officielle de l'Hommageaux morts pour la France durant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie reste fixée au 5 décembre. Cette date résulte d'un large consensus obtenu en 2003 par la commission Favier, réunissant l'historien Jean Favier et les principales associations d'anciens combattants.

2000 PIEDS-NOIRS ET HARKIS POUR DIRE NON AU 19 MARS 1962

A TOULOUSE CE 17 MARS 2012,



2000 PIEDS-NOIRS ET HARKIS POUR DIRE NON AU 19 MARS 1962


Près de 2000 personnes se sont rassemblées à Toulouse ce 17 mars 2012 à l’appel du Cercle algérianiste et du Collectif des associations des Français d’Algérie de Haute-Garonne pour s’opposer à la volonté du Maire, Pierre Cohen, de débaptiser le pont Bayard pour en faire le pont du 19 mars 1962.

Après la grande mobilisation nationale en janvier 2012 à Perpignan pour l’inauguration du Centre de Documentation des Français d’Algérie et le rassemblement de Nîmes le 10 mars dernier, 10 présidents de Cercle algérianistes et des centaines d’adhérents de Toulouse et sa région, de Valence, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, de Perpignan, de Nantes, etc... ainsi que ceux des associations amies et amicales, avaient tenu à répondre à cet appel pour faire de Toulouse une autre ville symbole de notre refus de la date ignominieuse du 19 mars 1962.

La manifestation organisée par Ghislaine Delmond, présidente du Cercle algérianiste de Toulouse et Marcel Lizon, président de l’amicale des Pieds-Noirs de Quint-Fonsegrives s’est rendue en un long cortège du Monument aux Morts au Pont Bayard avec arrêts à la Préfecture et à la Mairie place du Capitole.

Une délégation conduite par Thierry Rolando, président national du Cercle algérianiste a été reçue à la Préfecture où elle a déposé une requête adressée au Président de la République rappelant le refus massif des Français d’Algérie et d’une grande partie du monde combattant, à voir la date du 19 mars officialisée comme date de la fin de la Guerre d’Algérie et enjoignant le chef de l’Etat à interdire à tous les Préfets et autres représentants leur présence à des cérémonies organisées à cette occasion.

A la mairie, Pierre Cohen n’ayant pas jugé opportun de répondre à la demande d’audience qui lui avait été adressée, aucun élu ni fonctionnaire municipal n’était présent pour accueillir la délégation porteuse d’une lettre ouverte adressée au maire. Outre le mépris ouvertement manifesté à l’égard de notre communauté, le premier magistrat toulousain s’entête non seulement à vouloir débaptiser le pont Bayard, mais également à expulser les associations de Pieds-Noirs du CEFANOM, (Cercle des Français d’Afrique du Nord et d’Outre-Mer). Cette expulsion d’un local municipal occupé à Toulouse par les associations de Français d’Algérie depuis plusieurs décennies, prévue pour le 1er juillet 2012 ! marquera de façon indélébile la cassure entre Pieds-Noirs et Harkis et monsieur Pierre Cohen, français de Tunisie, faut-il le rappeler.

Ce grand rassemblement prenait fin au pont Bayard où une gerbe était jetée symboliquement dans le Canal du Midi en hommage au dit chevalier et à la Mémoire de tous nos morts et victimes.

Le Chant des Africains, la Marseillaise, les slogans anti 19 mars et ‘’Harkis/Pieds-Noirs même combat’’, ont rythmé cette longue marche dans les rues très animées du centre-ville de Toulouse.

Un grand merci à Ghislaine et Marcel pour l’excellente organisation et aux nombreux participants qui une fois encore ont montré leur détermination à combattre la célébration du 19 mars 1962.

L'APN 47 avec le Cercle Algérianiste du Gers en bus pour la manifestation de Toulouse
28.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com